La moitié d’un marathon, la totalité de mes forces

Courir 21 km pour souligner nos 25 ans d’amitié et nos 30 ans, c’était l’idée de génie de mon amie France-France. Moi j’étais confortable dans mon 10 km douillet. Je lui ai même suggéré de fêter ça en allant magasiner à New-York, tsé, un marathon de shopping, ça te tente pas?

iage

Courir un premier demi-marathon, ça doit ressembler à un premier accouchement. Tu sais pas à quoi t’attendre et t’es jamais vraiment prête. Tu t’arranges pour l’être quand le moment se présente. Ce matin, à 8:30 sur le Pont Jacques Cartier, il faisait frette. Tout le monde piétinait pour se réchauffer.  Puisqu’on part en vagues, il y a toujours de l’attente sur la ligne de départ. C’était tellement long que j’ai eu le temps de sentir mon déjeuner être totalement absorbé par mon corps. Et j’ai rêvé les yeux ouverts à 2 oeufs tournés jambon. Les idées se sont bousculées dans ma tête: Si j’y arrive pas?  J’aurais dû faire un dernier pipi avant de partir… Tiens, on a les mêmes chaussures…

photo

9:20, on décolle enfin. Il pleuvait pas mal fort. On a couru à travers le site de La Ronde. Et sur le 3/4 du circuit Gilles Villeneuve.  Ça allait bien, mais je savais qu’avec l’effet d’entraînement, je courais plus vite que d’habitude. Au 11e kilomètre, sur le Pont de la Condorde, j’ai commencé à sentir la fatigue dans mes jambes. J’ai pris le gel boost d’endurance que m’a tendu un bénévole. Dégeulasse! Imaginez la texture de la mélasse, mais à saveur d’orange pour cacher un arrière-goût de médicament.  5 minutes plus tard, coup de théâtre! Dégeulasse rimait avec efficace! Regain d’énergie. Yeah!

Au 15e kilomètre, dans le Vieux-Montréal, une touriste a lu mon nom sur mon dossard et m’a crié:

-Lâche pas Laurence, t’es bonne!

C’était comme ma mère dans le corps d’une inconnue.  Juste en disant mon nom, cette femme n’a aucune idée à quel point elle m’a fait du bien. Je courais depuis plus d’une heure et demie, ça m’en a pas pris plus pour me faire ravaler mes sanglots.

Je sais pas si vous avez déjà essayé de courir une longue distance en pleurant, mais respiratoirement parlant, c’est pas possible.  16e kilomètre, je cherche encore mon air. Je ne m’entends pas à cause de ma musique, mais les coureurs se retournent, alors je pense que je râle solidement.

Dans un poste de ravitaillement, un bénévole me tend un objet jaune.

-C’est quoi?

-Une banane.

Je râle, et je ne vois plus clair. Ça va ben.

On descend enfin une côte. Possibilité de reprendre le dessus? Pas vraiment.  Après être passés dans le village, on voyait la côte Berri au loin.  Sur 800 mètres, la côte a ri de moi.  À mi-chemin, une fille faisait du renforcement positif avec une pancarte sur laquelle on pouvait lire:  » T’as pas mal! »  Je n’ai qu’une chose à dire: Côte Berri,  je te haïs. Je t’ai toujours détestée en vélo, je te haïs encore plus à pied!  En haut de la côte, il restait 2 kilomètres. 2 tout petits kilomètres. Les supporters étaient de plus en plus nombreux, signe que l’arrivée était proche.

La pancarte d’une autre fille disait: « Si c’était facile, moi aussi je le ferais.  » Ok. J’arrête de lire les pancartes. Trop émue! J’ai besoin de mon souffle si je veux finir!

Quelques secondes plus tard, j’ai franchi la ligne d’arrivée les bras dans les airs pour faire comme les pros. Et j’ai pris une bouchée de ma banane.

Publicités

18 Commentaires

Classé dans Course à pied

18 réponses à “La moitié d’un marathon, la totalité de mes forces

  1. allexp22

    Tu dois te le faire dire souvent, mais une fois de plus ne te fera certainement pas de mal… Tu es tellement belle et rayonnante! Juste à voir une pause à la télé avec toi dedans ça me fait sourire, juste comme ça. C’est le combo parce qu’en plus d’être belle physiquement tu as l’air très belle de l’intérieur… Enfin bref, on aime ça te voir à la télé lâche pas le bon travail et ne perd pas la bonne humeur 🙂

  2. Véro

    Félicitations! C’est toujours un plaisir de te lire! J’avoue que la passe de la banane m’a fait éclater de rire! Tout un accomplissement! Mon chum s’était donné le même défi pour ses 30 ans…moi je suis trop moumoune, je préfère encourager et faire des petits 5 km 😉 Bravo encore!!

  3. « Non mais laissez moi manger ma banane. » T’es la plus hot Lau x

  4. Luc Simard

    J’te félicite!À l’année prochaine?

  5. Éliane

    (Suite de mon commentaire qui s’est posté tout seul) … pouvoir lire de quelqu’un d’autre ce qui me passait par la tête… Merci!

  6. Éliane

    Bonjour Laurence,
    J’ai aussi couru le 1/2 marathon hier, alors ça me touche énormément ton texte… J’ai vue les même pancarte et traversé tellement d’émotions… C’est génial de poivo

  7. Wow malade Laurence!!!! Félicitation, tout un exploit!!

  8. Luce

    Felicitations Laurence! Tout un accomplissement, tu peux en être fière. Malgré les downs, le découragement, les larmes, la douleur, tu as su terminer ce défi. Un gros BRAVO! 🙂

  9. Vraiment wow! Tu le racontes et c’est comme si on y était…très émouvant. Bravo pour ta performance 😀

  10. Paul Lacroix

    Bravo chère Laurence… Une autre réussite à ton tableau de succès!

  11. 21.000 fois BRAVO!!!!!!!!! xxxxx té hot Girlxxxxxx

  12. Martine

    Wow, là c’est moi qui est émue. BRAVO Laurence! Té hot!

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s