Mon ostéopathe dit qu’il faut être en forme pour faire du sport

Après mon 10km au Marathon de Montréal le 23 septembre dernier, ma flamme (olympique) s’est carrément éteinte.  J’ai mis mes runnings dans un coin et je les ai boudés. Certains jours, quand le soleil brillait, j’avais l’impression qu’il me regardaient avec des yeux piteux, comme un chien qui demande sa promenade.  Remplie de remords, je suis sortie.  Chaque fois, j’ai trouvé que ça manquait de supporters. Ça manquait de postes de ravitaillement et de confettis. Comprenons-nous: Je manquais de motivation.  Comme si le fait d’avoir réussi le défi pour lequel je m’étais tant préparée me comblait et me blasait en même temps.

Coup de théâtre!  Aujourd’hui, j’ai couru mon premier 10km post-marathon. Toute seule. Sans supporters.  Sans marcher. Sans arrêt. Non stop.

Au premier coin de rue, je pompais l’huile.  Partie trop vite.  Tout au long du parcours, j’ai vécu les hauts et les bas. Pas ceux de Sophie Paquin. Les miens.  Ceux de l’orgueilleuse en furie qui pense que tous les passants ont juste ça à faire, checker si elle va pas se mettre à marcher.

Le plus frustrant, c’est courir autour du Parc Lafontaine et croiser  le même quinquagénaire en spandex  2 fois sur le même tour.  Un pas fin. Un pas fin en forme, mais un pas fin quand même. Il est passé où, le respect pour nos cadets?

Une fois bien réchauffée, j’ai décidé de sortir du parc. J’haïs ça, tourner en rond.  Encore une fois, j’ai blâmé mon manque de sens de l’orientation qui me fait toujours manquer le bon coin de rue et m’oblige à courir sur Iberville, la rue des camions poids lourds, des camions de vidanges, des camions de livraison qui laissent tourner leur moteur et du viaduc qui garde toute cette belle pollution à la hauteur du nez des piétons et des coureurs.

Pourquoi traîner une bouteille d’eau quand on peut carburer aux exhausts?

-On dit tuyaux d’échappement.

(Anecdote: L’été passé, en montant la côte Champlain en vélo, il devait faire 42 degrés. Je roulais derrière un camion de vidange qui avançait juste assez vite pour que je ne puisse pas le dépasser, mais que je puisse rouler dans le jus de déchets qui s’en écoulait. Je forçais comme une folle pour monter la côte, le nez dans mon épaule pour ne pas sentir l’odeur de déchets décomposés par la chaleur.  Même le gars accroché sur le marchepied avait pitié de moi! Il me disait: lâche pas la grande!)

En arrivant devant chez-nous, l’application Nike indiquait qu’il me restait encore un kilomètre.  C’est long, un kilomètre qu’en tu viens déjà d’en courir neuf!  Mais j’ai poursuivi ma course, portée par une énergie incroyablement forte; celle du désespoir. Ma face commençait à goûter la fleur de sel.

-Le sel. On dit le sel. Lâche-moi avec ta fleur de sel.

– Je suis une foodie.

Sur le dernier kilomètre, je me suis sentie exactement comme le 23 septembre.  J’étais dans la pub de Sport Expert.  Je courais en essayant de rattraper une autre Laurence. J’avais les mêmes frissons dans tout le corps. Les mêmes yeux brillants. La même fierté.  Et la même envie de me pencher en avant et de tenir mes cheveux pour vomir. Même feeling. Exactement le même feeling.

Mon ostéopathe avait raison.

Publicités

8 Commentaires

Classé dans Course à pied

8 réponses à “Mon ostéopathe dit qu’il faut être en forme pour faire du sport

  1. Bernard genest

    Moi, j’ai passé ma vie à être en forme, mais en m’amusant, ski de fond, golf à pied, ballon-volant, marche dans le bois. Lorsque l’on ne voit pas l’exercice comme un travail, mais comme un loisir, et en faisant ce que l’on aime, tout est tellement facile. Il faut dire qu’à 61 ans je n’ai jamais eu à faire de l’exercice pour perdre du poids, car au départ, je mange très bien et je mange quand j’ai faim!

  2. Hot GIRL!!! Vas y pour la fleur de sel, quand ça émane de tant d’efforts ça fleurit girl!!! Bravo!!! De mon côté, je recommence à marcher et faire des poids, debout, marche, cours! À défaut de me répéter, C’EST TOI MON IDOLE!!! XX

  3. René Desroches

    Surtout quand on est seul pour pratiqué nôtre sport. Il faut trouvé la bonne motivation. Moi la mienne ma sauté en pleine figure au printemps passé quand je n’entrais plus dans plusieurs costume de bain,,,,, je me suis dit non non non je suis pas rendu la !!!!! alors on commence à faire du vélo au 2 jours et pour l’hiver je me suis procuré un vélo stationnaire allongé que j’ai installé au sous sol. Ma motivation est à 50 ans je veut être en forme pour profité de ma passion les voyages dans le sud et oui Laurence t’on ostéopathe à raison crime qu’il faut être en forme pour faire du sport.

  4. gilles

    bravo quand même.

  5. Bravo Laurence… C’est extrêmement difficile de garder sa motivation, tu as tellement raison! Mais quand on réussi à se motiver, on est vraiment fière de nous…

  6. Paul

    La persévérance dans le domaine de l’activité physique est ce qu’il y a de plus difficile. Mois j’ai recommencé à m’entraîner trois fois par semaine après vingt ans de sédentarité complète et je n’ai pas lâché depuis 1 an. Ma motivation? Le docteur l’a prescrit sinon j’aurai droit au pilule pour l’hypertension. Je te félicite d’avoir laissé tes running shoes de convaincre de les sortir. Concernant tes problèmes d’orientation, tu devrais peut-être jogger avec un GPS..

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s