Mon 10km du Marathon de Montréal

À 6:30 ce matin, sans cadran,  je me suis levée émue. J’étais un peu stressée aussi, mais étonnamment, j’étais plutôt émue. Depuis quelques années, je constate que les réalisations personnelles (les miennes et celles des autres!) m’émeuvent davantage que les choses tristes.  Voilà pourquoi je pleure comme une Madeleine devant les The Voice, X-Factor et autres America’s got Talent. Voir quelqu’un réaliser son rêve,  je trouve ça über touchant.

En marchant vers la ligne de départ à 8:20, mon chum aurait pu me dire smoked meat-patate-poil- que j’aurais eu les yeux dans l’eau. Il a plutôt choisi de me dire:

-C’est tellement cool! Tu vas faire le marathon! J’suis fier de toi!

-Arrête d’être fin, j’vais pleurer!

Dans la vie, comme plusieurs, j’ai un boulot dans lequel je me réalise, une vie de famille dans laquelle je m’accomplis, des activités sociales… mais pour la première fois depuis vraiment très longtemps, j’allais me pousser à aller plus loin. Me fixer un objectif et l’atteindre. Faire quelque chose que d’autres ne font pas.  Quelque chose que je ne croyais pas pouvoir faire moi-même.  J’allais courir avec 7988 autres personnes qui ont choisi de pousser leurs limites.  En espadrilles et en shorts serrés.

8:35,  le départ était donné. Premier coin de rue, première station de rafraîchissements, premier constat:

Faire simultanément deux actions simples à la base (comme courir et boire dans un gobelet) c’est pas facile. Je m’arrête et je perds de précieuses secondes ou je bois en courant, advienne que pourra?

J’ai choisi advienne que pourra. J’en ai eu plein la face.

J’ai couru un bout avec mon gobelet à la main, cherchant une poubelle. Quand j’ai commencé à me faire arroser les mollets, j’ai compris qu’aujourd’hui, de formidables bénévoles allaient être écologiques à notre place.  J’étais gênée, mais j’ai moi aussi jeté mon gobelet par terre.  Je me sentais comme Don Draper dans Mad Men, quand il secoue sa nappe de pique-nique et abandonne tous ses rebuts dans le parc.

Ma course s’est déroulée à merveille, grâce aux gens qui nous envoyaient la main de leur balcon, à ceux qui brandissaient des pancartes « SOURIEZ! », à ceux qui nous criaient bravo et nous applaudissaient.  Grâce aux bands qui jouaient de la musique le long du parcours, aux bénévoles qui nous tendaient de l’eau, des gels et du jus à saveur de couleur orange.  Certaines personnes étaient venues encourager une personne en particulier, alors que d’autres avaient décidé d’encourager tout simplement.  Je sais que ces encouragements-là ne m’étaient pas uniquement destinés, mais je les ai reçus droit au coeur. Je ne pouvais faire autrement que remercier les gens sur les trottoirs de leur présence.

-Tu faisais ça?!

-Oui. Et j’ai souri aux kodaks, aussi…

-Ça, ça me surprends pas.

-Défaut professionnel.

Après les splashes de jus collant, les yeux qui brillent de bonheur, la côte du viaduc sur le boulevard St-Joseph, (mention aux amis du 21km qui ont monté la côte Berri) les frissons sur Journey (doooon’t stop, belieeeeeeeving!) j’ai vu apparaître le fil d’arrivée. Le feeling était incroyable. Avec tous les gens massés de chaque côté de la piste, je me suis sentie aux olympiques.

J’ai sprinté sur le dernier kilomètre, juste pour flasher, fière d’avoir bien géré mon énergie.

Et j’ai pris mon dernier rafraîchissement des mains de mon bénévole personnel, venu me chercher avec un lait au chocolat.

Publicités

20 Commentaires

Classé dans Course à pied

20 réponses à “Mon 10km du Marathon de Montréal

  1. Quelle belle histoire!! BRAVO pour ces superbes efforts! tu me donne le goût de me surpasser encore plus dans ce que je fais!! merci de nous partager de si belles chroniques! 🙂 J’ai toujours hâte de te lire surtout que je sais que ça va me faire sourire!! 😀 xo

  2. Jean-Francois Charette

    Félicitations ma belle Laurence, tu es vraiment une inspiration et un rayon de soleil sur 2 pattes. J’te lis toujours ici et sur Fb, te regarde à la télé dans tes émissions et même celle avec Christine Michaud où j’ai appris pleins de choses hi hi!!! Bref, t’es une artiste tellement agréable et vraie que je souhaite avoir l’immense honneur de te revoir un jour en personne comme lors du spectacle de M. Bublé au Centre Bell.

    Au plaisir! 🙂

  3. C’est inspirant ces histoires! J’ai commencé la course en 2004 pour perdre du poids et ça s’est transformé en passion… une vrai de vrai. Je suis passé de 245lbs à 150lbs et j’ai fait mon premier marathon en 2007 à 23 ans, en 3h34. Depuis, j’ai fait 11 marathons (dont Boston l’an passé avec 27 000 coureurs, marathon où j’ai dû me qualifier avec un temps de 3h10 à Ottawa pour pouvoir y entrer) et je fais mon 12è dans 1 mois à Lowell (MA). Il faut croire en nous et se dépasser, c’est bon pour le physique mais aussi pour le mental. Ça m’a prit 8 marathons avant d’être capable de me qualifier pour Boston avec un temps de 3h10, il faut croire en nous. Nos histoires qu’on raconte, la tienne, la mienne, la sienne, ça peut motiver des gens à bouger. Félicitations pour ta course Laurence… J’attends d’ailleurs ma 2è petite fille pour janvier, et elle aura le prénom Laurence (non pas à cause de toi, haha! mais c’est un hasard tout de même).

  4. Pascale Danis

    Félicitations! C’est moi, qui a les larmes aux yeux, en lisant ce texte de dépassement de soi! BRAVO! 🙂

  5. Bravo Laurence! Ton histoire est magnifique…tu as bien fait de nous la partager, car c’est tres positif et encourageant. J’ai 39 ans, j’ai toujours détesté les sports…mais il y a quelques mois j’ai commencé à courrir pour le fun, et j’ai adoré… Cela me procure un bien etre immense, autant physique que mental. Je ne suis pas rendue encore a faire de longue distance, mais petit train va loin, comme on dit! Encore bravo!

  6. Sylvie Bassaraba

    Maman est assez fière de sa fille !!!

  7. on le fait ensemble l’année prochaine? j’me sens tellement mal d’avoir raté l’arrivée!!! Bravo, t’es vraiement une championne!

  8. julie

    Bravo Laurence! Je suis tres emu a lire ton histoire! Moi, je retardais a faire le demi marathon faute d’etre prête! Tu me donnes le goût de debuter avec le 10km! Merci! 🙂

  9. J’ai voulu, j’ai essayé, j’ai mille fois abandonné. J’aime pas ça, le sport. J’aimerais ça aimer ça, mais j’aime pas ça. Parce que c’est pas facile. Mais un moment donné, je vais le faire, moi aussi, le 10. Je sais pas quand, mais je vais le faire.

  10. Gaétan Proulx

    Bravo à toi je cours régulièrement 10km et ça fait un bien immense au mental continu n’arrête pas bravo pour ta perfo

  11. Paul Lacroix

    Félicitations Laurence! Ça me donne envie d’essayer. Juste un petit commentaire: « mon Dieu, t’es donc ben rendu mince…! En tout cas, t’as l’air super. Bravo.

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s