Welcome to Miami! – Bienvenido a Miami!

Après 10 jours au soleil sur notre île préférée, on rentrait à Montréal. Plutôt que de faire 3 transferts d’avion en 18 heures, nous allions dormir à Miami et quitter pour Montréal à la première heure le lendemain.  Dans l’avion, Véro et moi faisions hommage à Will Smith en chantant Welcome to Miami, bienvenido a Miami! -NON STOP. L’avion a atterri à 18:30 en sol américain, le 8 janvier.  Véro et moi avions l’intention de déguerpir en vitesse, de sauter dans le premier taxi en direction du TJ Maxx le plus près, de laisser les gars s’arranger avec les valises.

Véro, pointant son iphone:

-Le magasin ferme à 8h le dimanche. On va avoir le temps, tu crois?

-Poser la question, c’est mal me connaître.

En marchant vers les douanes, j’ai compris que notre plan était un peu risqué.  Quand une caméra de télé est venue filmer la file pour les douanes, je savais que c’était perdu d’avance.

Quand la télé se déplace à l’aéroport, c’est pour Alexandre Despatie qui revient d’un voyage olympique. Pour Angelina Joli qui revient d’un 23e voyage d’adoption.  Pour Lyndsay Lohan qui revient d’un trip d’acide.  Quand la télé se déplace pour un line up de douanes, c’est juste que ça va pas bien.

Derrière le caméraman, une fille complètement blasée tenait une affiche:

« You might appear on tv. If you don’t want to be filmed, please leave this area. »

« Vous risquez de passer à la télé. Si vous ne désirez pas être filmé, veuillez quitter cet endroit. »

Ça tombe bien! J’avais justement envie de sauter la barrière des douanes et de courir jusqu’au TJ Maxx!

Nous étions en présence d’un bel exemple de non-sens.

Même si la file avait maximum 30 pieds de long, on a attendu 2 heures pour voir le douanier. Je n’exagère pas. Il prenait en moyenne 7 minutes par personne. On a chronométré chaque intervention. On en revenait pas. Être si près et si loin du but en même temps.  C’était tellement long que je pouvais m’amuser à regarder la barbe de mon chum pousser.  On était fous de joie quand on faisait 2 pas en avant. Et on était fous de rage quand on voyait les gens de la file d’à côté en faire 3.

-On a pas pris la bonne file!

-Ma mère dit toujours « qui choisit prend pire ».

Derrière nous, on entendait des « unbelievable! »… « I can’t believe this », « are they kidding me??? »

Quand notre tour est venu, tous les Québécois qui avaient opté pour la ride de 18 heures d’avion l’ont regretté.  Ils avaient raté leur vol. Le douanier à mon chum:

-À quelle heure était le vol que vous avez manqué? (il ne riait même pas)

-On a pas de vol, on dort ici, on prend l’avion demain matin.

-Ah! Je ne comprenais pas pourquoi vous m’aviez pas encore fait un gros soupir pour me démontrer votre exaspération! (Il riait)

Soudainement, j’avais le coeur léger. Je me suis permis une petite blague. J’ai fait claquer mes ongles sur le comptoir et je l’ai regardé droit dans les yeux.

Rodger a éclaté de rire:

– Ça, c’est la pire chose à faire! Toutes celles qui pensent que ça va aller plus vite si elles font claquer leurs ongles sur mon comptoir se trompent! Dans ce temps-là, je fais exprès, je prends mon temps pour que ce soit plus long.

Mesdames et Messieurs, vous l’aurez appris ici en premier: écoeurer un douanier, c’est MAL!

Il y a 2 minutes, on planifiait tous de lui faire avaler son badge en métal.  Et le voilà en train de faire un high five au fils de mon chum!  Nos amis, toujours dans la file, nous regardaient sans comprendre.

Derrière eux, tout le monde voulait notre peau.

-Qu’est-ce qu’ils ont ceux-là, à avoir du fun avec l’ennemi?!

-On va manquer notre vol!

Rodger est passé aux aveux:

-C’est ma fête. Je passe la nuit de mes 53 ans ici. Qu’ils attendent. I could not care less.

On lui a souhaité bonne fête en coeur.  Il nous a dit qu’on avait fait sa soirée. Il nous a tous serré la main chaleureusement. Oui, certains douaniers sont des humains. J’irais même jusqu’à dire que quelques-uns ont un coeur.

Le temps de trouver le shuffle du Hilton,

-le SHUTTLE!!!

…c’est ça que j’ai dit. Il était 22:00 à la réception de l’hôtel.

Le lendemain, au guichet libre-service d’American Airlines, tout s’est déroulé exactement comme prévu: le guichet ne reconnaissait pas nos passeports, la préposée aux guichets libre-service ne souhaitait pas vraiment nous aider. Elle nous a proposé de faire la file interminable pour se faire servir par un agent. Un agent qui n’aurait pas vraiment plus envie de nous aider mais qui lui, n’aurait pas le choix.

Ma question à American Airlines: À quoi ça sert d’avoir des guichets libre-service s’ils ne fonctionnent jamais?

Ma 2e question à AA: À quoi ça sert de payer un agent responsable des guichets libre-service si en cas de problème sa réponse est toujours: dans ce cas, allez aux guichets réguliers?

Nos billets en main, on nous a dit qu’aucun siège ne nous avait été assigné, qu’un agent à la porte d’embarquement s’occuperait de ça, dès qu’il serait en poste.  On venait de comprendre: une absence de siège sur un billet, c’est le 1er signe d’un avion over-booké.

-À quelle heure sera-t-il en poste?

*petit rire condescendant*

À l’aéroport, un agent à l’heure est aussi probable que le retour sur disque de Francis Martin. On y croit pas, mais ça peut toujours arriver. Keep the faith.

Pendant que Véro et moi essayions les testeurs de crème Kiehl’s, mon chum faisait un 3e line-up en 12 heures.  J’ai toujours pensé que sur internet, l’option du choix de siège à 20$ par billet assurait à un claustrophobe une place à côté de l’allée. Non. Payer 20$ de plus par billet, c’est s’assurer de prendre l’avion.  Parce que 1600$ pour un billet d’avion, ce n’est pas encore assez cher payé pour qu’on nous offre la paix d’esprit pour le même prix.

Quand mon chum a pu parler à la préposée, elle lui a appris qu’il ne restait que 5 sièges.  Il s’est retourné pour regarder les 25 personnes en attente derrière lui.  C’était un petit miracle.

Je n’avais jamais été aussi heureuse de faire 3 heures d’avion à côté des toilettes. J’aurais fait le vol SUR la toilette s’il avait fallu.

Moi, je rentrais à Montréal.  J’ai dit.

So long, Miami!

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Tranche de vie

6 réponses à “Welcome to Miami! – Bienvenido a Miami!

  1. Véro

    Aaaaah, doux souvenirs… Et dire qu’on aurait pu aller au TJ Maax! Faudra que j’attende d’aller voir Peter & Sara cet été! 🙂

  2. Dom_Tan

    TU NE LE SAVAIS PAS!!!!! Francis Martin est de retour sur disque (sous quel nom, là je ne le sais pas, ma mémoire fait défaut) Il reprend sa chanson « Quand on se donne à une femme d’expérience » en ANGLAIS. C’est horrible!!!!!!!!!!  » a woman of experieeeennnnnce ». Une bonne nouvelle par contre, l’avenir d’AA n’est pas aussi sombre que tu peux le croire…………
    La preuve:

    Écoute ça! (c’est donc sous le nom de KAYA qu’il fait un retour, ça doit être pour cela que ça t’a échappé!)

    • Dom_Tan

      AH! En lisant la phrase, je n’étais pas certaine!!! Maintenant, en plus d’avoir l’air nulle en ne comprenant pas ta phrase, j’ai les 2 versions dans la tête depuis tantôt. Random dans ma tête de Francis Martin bilingue: c’est mauvais!!! Ça m’apprendra à m’enthousiasmer à vouloir apprendre une nouvelle artistique à quelqu’un qui fait partie du Jet Set!!! (la seule que je connaisse)

  3. Paul Lacroix

    Histoire amusante mais combien frustrante lorsqu’on est en train de la vivre. Elle caractérise bien notre société moderne complètement désordonnée qui est incapable d’utiliser la technologie en place pour nous faciliter la vie. Je préfère de loin rester à la maison et voyager avec Laurence sur le canal évasion…
    /pl

Commentez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s